LA FROMAGERIE

Les boules de fromage resplendissantes et de grosses larmes

Kathelijne Dix-huit petites chèvres, une vieille étable et une cuisine. C’est de cette façon que nous avons démarré en 1994. J’ai produit mes premières boules de fromage dans notre cuisine et cela a été très vite de main en main. J’étais fière comme tout, même si ce n’était qu’un simple petit fromage. J’y avais pris goût et je me suis mise à traire les chèvres et à faire du fromage à m’en régaler. Une magnifique époque, jusqu’à ce que je me suis rendu compte que je ne savais pas du tout comment commercialiser ces belles boules de fromage….

Mais mon mari avait une solution. Cela faisait un petit temps qu’il accompagnait un marchand ambulant pour vendre des légumes. ‘Accompagne-moi’, m’a-t-il dit et c’est comme ça que nous étions là tous les deux sur les marchés de Renaix et d’Oudenaerde. Aucun succès, je dois le reconnaître. Certains jours je rentrais en pleurant sans un sous et nous nous consolions.

L’union fait la force

Kathelijne Entretemps, nous avions acheté une petite ferme et nous avons suivi ensemble une formation de maçonnerie. C’était un vrai plaisir. Nous étions ensemble, nous commencions les transformations et nous avions un tas de projets de mariage. Je me rappelle avoir fait du fromage frais quelques jours avant notre mariage, sans protection sur la tête. Un de mes cheveux s’est tout d’un coup mêlé au mixer et j’avais une tonsure au front. J’arrivais à relativiser le malheur, mais ma mère était dans tous ses états, juste avant notre mariage.

Je suis (finalement) née pour être marchand forain….

Kathelijne Deux ans plus tard. Nous sommes en 1996. L’été est dans toute sa splendeur. Mais chez nous, à La Pleine Lune, le soleil brille moins fort. La vente baisse et le doute s’installe à nouveau. Jusqu’à ce que le vent tourne. Nous fabriquons un étal petit, mais romantique pour la vente au marché. Cela est le succès immédiat. Grâce à un vieux réfrigérateur fermé nous avons également commencé à vendre sur place. Avec le recul, c’était vraiment une vue hilarante. Nous n’avions même pas de table réfrigérée et nous devions à chaque fois ouvrir ce frigo quand un client venait.

L’artisanat à l’état pur

Kathelijne Pour la fabrication de nos fromages nous travaillons uniquement avec du lait de chèvre cru et biologique. Nous y ajoutons des acides : des bactéries lactiques vivantes. Comme son nom l’indique, cela ‘acidifie’ le produit et forme ainsi la base du fromage. Ensuite nous y ajoutons de la présure végétale.Nous tentons de maintenir chaque étape du processus de production sous sa forme la plus pure car nous sommes convaincus que cela sera au profit de nos clients et de leur santé. Grâce à la vente sur place et sur les marchés nous nous rapprochons d’ailleurs fortement de notre consommateur final.

A la tête du client

Bart Près de vingt ans plus tard, quelque trois cents chèvres, surtout des chevreaux, sautillent dans les prés et nous fournissent près de deux tiers de nos fromages aux commerces de gros. En 2002 nous sommes également passés à l’élevage biologique pour pouvoir fournir des produits qui s’accordent totalement à notre image : pures, authentiques et adaptés aux souhaits du client. Car celui-ci est notre priorité.